CLUB DE
Dinan Pays de Rance

A l’origine une poignée de copains venant principalement de la JCE mais également de Mayenne, de Normandie, de Dinan deviennent fondateur sous la présidence de Denis Houdayer, ils l’appellent Dinan Pays de Rance tout simplement parce que Dinan est sans conteste une des cités médiévales la mieux conservée de Bretagne derrière 3 Km de Remparts située au fond de l’estuaire de la Rance. Notre club aujourd’hui fort de 26 membres est un club dynamique et convivial, il a su honorer la région de 3 Lt Gouverneurs et de l’organisation d’un congrès national. En 2003 nous avons créés une manifestation pérenne que l’on appelle les joutes Nautiques, manifestation culturelle et sportive qui présente un intérêt économique et a su fédérer un mouvement intergénérationnel devenue aujourd’hui l’animation populaire et touristique la plus importante du port de Dinan-Lanvallay.

Retour aux articles

La 15e édition des joutes nautiques : L’occasion, pour le club de récolter des fonds pour l’association Petit corps malade

Publié le 27 juillet 2017

Par Jean-Yves Jaffray

Des duels pour la bonne cause

joutes Dinan

Dès 9h, le port de Dinan s’active. « Les déguisements sont drôles et ils tombent à l’eau tout le temps », s’amuse Zoé, 3ans, qui habite Quévert. En effet, Gaulois, Céline Dion, personnages de Scooby-Doo et autres salades de fruits défilent sur la Rance. Dès que le signal est lancé, ils rament jusqu’à l’équipage adverse et là, gare à celui qui tombera à l’eau le premier !

Le jury, lui, veille au grain. Raquettes de ping-pong à la main, il vérifie la position des pieds du jouteur sur la plateforme. Si personne ne tombe, la raquette blanche est de sortie et il faut recommencer. « S’il n’y a pas de bavure et que la victoire est nette, cinq points sont ajoutés au tableau pour l’équipe », explique Yann Éveillard, du club Kiwanis Dinan-pays de Rance. Entre les joutes se glisse l’épreuve Aquanis : deux participants de chaque commune pagaient sur des bouées d’une rive à l’autre de la Rance. Certains manquent encore un peu de coordination, ce qui leur fera perdre du temps sur le chrono.

Il y a également l’épreuve Fil rouge, des questions posées aux équipes en attente de jouer, pendant la phase des poules.

Mais la victoire n’est pas la plus grande motivation des équipes. Saint-Samson vient, pour la 14efois, « toujours avec le même plaisir ! », commente Yannick Leroy, le capitaine d’équipage. Un plaisir qui se ressent dans l’heure de midi, lors du défilé des équipages, derrière le bagad de Léhon. Les participants, à fond dans leurs personnages, offrent de véritables scènes de théâtre, sur le pont.

Léhon cède son titre

L’après-midi, l’ensemble du port est pris d’assaut pour la reprise des duels. À l’ombre, les familles s’arrêtent volontiers au stand de puzzles, l’une des nouveautés de cette année. « Il y a six puzzles, réalisés à partir de photos d’anciennes joutes », expliquent Pascaline et Marcelle, bénévoles de l’association Kiwanis.

« Il y a vraiment du monde, plus que l’an passé. On pense qu’il y aura environ 8 000 spectateurs dans la journée, explique Yann Éveillard. Et l’objectif reste le même : aider les enfants. »

joutes-nautiques-lehon-cede-sa-premiere-place

Les bénéfices des joutes nautiques reviendront à l’association Petit corps malade, dont le siège se trouve à Saint-Maudez. « Atteinte d’un infarctus de la moelle épinière à un stade très sévère, Olivia, 18 ans, a besoin de nous pour réaliser son rêve : rentrer chez elle. »

Et, après trois années de victoire, Léhon a cédé sa place. C’est Plumaugat qui remporte le 1er prix des joutes, devant Lanvallay et Dinan. « Nous aurions rêvé d’une finale entre les deux rives, avec Lanvallay, souligne Steve Lestouquet, capitaine de l’équipe dinannaise. Mais nous sommes contents ! C’est important pour nous de représenter la ville et de ramener de l’argent pour les actions du Kiwanis. »

Concernant les autres récompenses, Broons remporte le prix Aquanis, Saint-Juvat et Saint-Maudez le prix Fil rouge, Châteauneuf le prix du meilleur costume et Lamballe le prix de la convivialité.

D’après l’article paru dans Ouest-France

Faites connaitre cette publication sur les réseaux :