CLUB DE
Bordeaux Entre Deux Mers

Club féminin créé en 1995 (Présidente fondatrice : Anne Marie Bentejac). Il comprend 12 membres.

Retour aux articles

Action culturelle : La vie des sous-mariniers

Publié le 28 janvier 2018

Par Jean-Yves Jaffray

Les Clubs de BORDEAUX ENTRE DEUX MERS et BORDEAUX MONTAIGNE ont présenté une conférence : « La vie des sous-mariniers »

Une fois n’est pas coutume, les Clubs de BORDEAUX ENTRE DEUX MERS et BORDEAUX MONTAIGNE se sont associés le temps d’une soirée fin novembre pour présenter une conférence au sujet original « La vie des sous-mariniers », racontée par Gérard FAUGERE, Commandant de sous-marin, Capitaine de vaisseau de la réserve citoyenne entre autres, au parcours impressionnant puisqu’il a à son actif le plus grand nombre d’heures de plongée, soit 30000.

La vie des sous-mariniers 1Après avoir observé quelques instants de silence pour le sous-marin argentin « San Juan » porté disparu, le Commandant FAUGERE a passionné son auditoire en nous parlant de cette vie si particulière que celle des sous-mariniers. On distingue les sous-marins classiques comme Le Dauphin, des sous-marins nucléaires soit lanceurs d’engins(SNLE), tel   Le Redoutable, soit d’attaque tel  Le Saphir. Les missions durent 80 jours. A bord des sous-marins classiques, l’espace est plus que restreint puisque chaque homme ne dispose que d’une surface de 1,5 m2 pour se mouvoir. Pas de douche à bord car cela fait du bruit et risque de provoquer le repérage du sous-marin. En tout et pour tout, chaque marin n’a à sa disposition qu’un litre et demi d’eau par jour, alors la toilette, le rasage, … Pour dormir, pas de dortoir, encore moins de cabine, mais des lits tiroirs : 2 pour 3 puisqu’il y a toujours un homme qui prend son quart. Inutile d’emporter son pyjama, puisque chacun dort tout habillé, avec ses chaussures en cas d’alerte…  Donc pas de valise, il n’y a pas de place pour cela ! A bord, il y a un cuisinier, mais pas de médecin…  Les sous-marins nucléaires sont plus « confortables ». L’espace y est un peu plus grand et les hommes disposent de quelques douches. C’est un luxe ! Enfin, un essai d’embarquer des sous-mariniers femmes a été tenté sous certaines conditions : pantalon obligatoire bien sûr, mais vêtements une taille au-dessus de celle habituelle, cheveux attachés, et… pas de parfum. Mais les conditions de vie, la cohabitation ont fait que cet essai n’a pas été concluant et le projet a été abandonné. Tous ces détails n’ont pas manqué d’impressionner les personnes présentes à cette soirée.

Cette action culturelle permet la remise d’un chèque pour la Fondation des Apprentis d’Auteuil

La vie des sous-mariniers 11

A la fin de la conférence, les 2 Présidents de Clubs, Catherine FERNANDEZ et Francis MARTIN, en présence de notre Lieutenant-Gouverneur Pierrette DUPOUY, ont pu remettre un chèque   à la Fondation des APPRENTIS  d’AUTEUIL, représentée par Caroline BOIDRON. Cette organisation propose un accompagnement personnalisé à des jeunes sur le plan scolaire et éducatif, ce qui permet bien souvent de les remettre sur les rails.

La soirée s’est terminée par un cocktail au cours duquel les personnes présentes ont pu poser de très nombreuses questions au Commandant FAUGERE qui s’est prêté au jeu de bonne grâce, passionné par son métier si particulier.

 

Catherine B et Francis M

Faites connaitre cette publication sur les réseaux :