Lien avec la Roumanie

Pourquoi la Roumanie ?

Le District France-Monaco a été désigné, par le Kiwanis International, District « Parrain » du District en construction de Roumanie depuis l’an 2000.

Cette page « Roumanie » du site du District France-Monaco, permet l’accessibilité à une information partagée et mutualisée pour les kiwaniens de Roumanie comme pour ceux de France. Cette mise en commun des actions bénévoles au service des enfants de Roumanie, devrait être source pour nous tous, de consolidation des liens d’amitié, susciter des élans spontanés de solidarité, générer une mobilisation enthousiaste au service du développement du Kiwanis, dans ce pays dont nous partageons de nombreuses valeurs et de tradition également francophone.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

MISSION KROUMANIE DU DISTRICT PARRAIN FRANCE-MONACO AU SERVICE DU « PROVISIONAL » DISTRICT KROUMANIE – BILAN DANS UNE CERTAINE DUREE

Au moment où va se terminer la prise en charge de la mission KRoumanie par Françoise Achard, il convient :

Ø  de rendre compte des résultats obtenus à l’issue des trois mandats (2014-2015), (2016-2017), (2017-2018) ;

Ø  de remercier chaleureusement les Gouverneurs qui m’ont fait confiance, respectivement, Eliane OTT-SCHEFFER, Jean-Michel GIBAUD, et Jo MATICOT, avec lesquels ce fut une grande satisfaction de faire partie de leur équipe ;

Ø  de rendre hommage au feu Gouverneur, Pierre BOURGOUIN, le premier à m’avoir confié cette mission, et avec lequel fut initié de premières innovations ;

Ø  de remercier  sincèrement les Lieutenant-gouverneurs qui se sont impliqués AU COURS DE CES TROIS MANDATS, soit pour mobiliser leurs divisions respectives au service d’actions sociales sous forme de dons monétaires ou matériels, soit pour encourager les clubs de FM à parrainer les nouveaux clubs de KRoumanie ;

Ø  de remercier les clubs parrains de France-Monaco(FM) de leurs actions propres et parfois de très longue date, au service de la satisfaction de besoins vitaux et immédiats pour des enfants de familles vivant  le plus souvent dans des villages  ;

Ø  de délivrer quelques repères ou éclairages au service du plus grand nombre des kiwaniens de FM, pour lesquels le SENS de la mission de District parrain du « Provisional »  District Roumanie, reste encore souvent approximatif.

Ce bilan constitue une étape, laquelle s’inscrit bien évidemment dans le cadre de la longue histoire de la construction de ce District, porté depuis bientôt deux décennies.

I) But de la mission KRoumanie et ENJEU associé

Contribuer à la poursuite de la construction consolidée du District KRoumanie afin qu’il devienne, dans les meilleurs délais, « Full » District, cad District à part entière au sens des critères et des dispositions statutaires de Kiwanis International (KI).

Ce qui signifie :

o   La poursuite du développement en Roumanie avec la création de nouveaux clubs, ayant pour parrain, un club kiwanien de FM ;

o    À ce titre, le rôle de la Responsable Stefania Panea a été, depuis le 1er octobre 2014, décisif et déterminant dans l’accélération du développement de leur district ;

o   La consolidation de l’existant ;

o   La continuation de la mise en œuvre du fonctionnement structuré de leurs instances selon les dispositions statutaires de KI (CA, Congrès, Statuts de District, formation des officiers de District et de clubs) ;

o   L’instauration et la mise en place d’un réel budget de fonctionnement de District, leur assurant une meilleure autonomie ;

o   La capacité, comme pour tout District, à former et à faire émerger des « leaders » ou Responsables compétents faisant preuve de l’éthique et de la philosophie kiwaniennes au sens le plus noble du terme.

Au 30 septembre 2018, la situation du « Provisional » District Roumanie répond en grande partie à l’ensemble des critères ainsi énoncés. Son accession au statut de « Provisional » District, délivré par KI au 1er octobre 2017, lui permet de se rapprocher de l’étape finale  de « Full » District, à la stricte condition, de continuer à progresser, dans les domaines où il doit se renforcer (acquisition d’une autonomie financière, croissance NETTE des effectifs signifiant la poursuite dans la durée du paiement assidu par TOUS les clubs roumains des cotisations externes et internes, instauration d’une synergie de fonctionnement au sein de ce District).

Tout cela fait apparaître que le contenu de la mission KRoumanie est à la fois une mission transversale (inter-Districts au sens large) et à large spectre, requérant une puissante implication et investissement personnels dans une durée certaine, afin de pouvoir capitaliser sur les compétences acquises au service d’une accélération de la consolidation du district KRoumanie. Toute interruption de ce schéma nécessite une remise en route de A à Z.

Qualifier cette mission de seulement « technicienne » serait pour le moins la méconnaître.  En revanche, la conduite de cette mission, côté FM, requiert un PREALABLE INCONTOURNABLE, celui d’aimer, de comprendre et de respecter la Roumanie au travers de leurs Responsables Kiwaniens qui font partie, pour nombre d’entre eux, de l’élite intellectuelle et éducative de ce pays, tout comme les membres kiwaniens roumains.

La nature des relations de travail y est avant tout humaine, avec ses forces et ses faiblesses.

Cette mission nécessite la recherche d’une compréhension et d’une harmonie mutuelles de tout instant, et dont on ne découvre les subtilités, les finesses, qu’avec le temps. L’âme roumaine ne se laisse pas dévoiler au premier contact, tant elle a été traversée de différentes influences, toutes plus invasives au cours DES siècles les unes que les autres, et dont on n’efface pas les traces d’un revers de plume. A cet égard, notre culture française LATINE est notre meilleur ATOUT pour modestement essayer de les comprendre le mieux possible. Plus on échange avec nos amis roumains, plus on réalise l’étendue du chemin de compréhension qui reste à parcourir. En tout état de cause, la réussite de cette mission repose, AVANT TOUTE CHOSE, sur l’édification de relations de coopération, sincères, stables et authentiques, alors que chacun évolue dans des contextes de vie peu ressemblants.

 

II)  LES RESULTATS ATTEINTS :

A) LA CROISSANCE DU DISTRICT KROUMANIE :

Au cours de ce mandat (2017-2018) :

7 NOUVEAUX CLUBS ont été créés ; un seul club ferme (CK BUZAU).

En termes de croissance NETTE, le District a progressé de :

18,8% (nombre de membres) à +101membres, et + 21 % (nombre de clubs) à +6 clubs.

En termes de stocks, au 30 sept 2018, ce district compte : 34 CLUBS ET 638 MEMBRES.

En termes de flux de croissance, du 1er 0CT 2014 au 30 sept 2018, à l’issue des QUATRE derniers mandats, la croissance des EFFECTIFS nets du District KRoumanie s’est accrue de +124,6% à  + 354 MEMBRES, et celle du nombre de CLUBS a augmenté de +112,5% à + 18 clubs.

La situation géographique de l’ensemble des nouveaux clubs créés contribue à une répartition plus étendue et plus équilibrée sur l’ensemble de leur territoire

Ces résultats ont été obtenus grâce à un exceptionnel travail d’équipe inscrit dans la durée, entre : Stefania Panea, Responsable de District du Développement, en coopération avec les Gouverneurs correspondants de France-Monaco, les Responsables (Coordinatrices, puis Présidente) du district KRoumanie, et la chargée de la mission KRoumanie, (F ACHARD).

En 2015-2016, il convient de saluer la continuité de l’action de soutien effectif du Gouverneur Jean-Bernard GOIN, et du chargé de la mission, Michel Perrin, au District KRoumanie.

 

Ø  La prise en compte de la nécessité d’une équipe dans la DUREE a représenté l’ENJEU essentiel de cette mission pour leur développement, parce qu’une DYNAMIQUE s’est mise en route, dynamique FONDEE sur une parfaite CONFIANCE mutuelle, aux côtés des gouverneurs français et responsables roumains qui se sont succédés, et à ce jour, aux côtés de la Présidente, Marcela GOIA, et du gouverneur, Jo Maticot.

Cette SYNERGIE est devenue le moteur de leur croissance et de leur réussite collective,

Ø  Stefania Panea est, comme d’autres responsables roumaines, une parfaite francophone, ce qui a ajouté à la fluidité de nos échanges constants, et ce, dans les moindres nuances de notre langue. La connaissance du français ajoute à la réussite de cette mission.

B)   KEY CLUB :

De surcroît, ce district a vu se concrétiser, sous ce mandat (2017-2018), la délivrance de leur charte par KI à SEPT Key clubs, clubs de jeunes constitués sous la responsabilité de leur club adulte ROUMAIN correspondant : CK TURNU MAGURELE, CK GALATI, CK VASLUI, CK CORABIA, CK SFANTU GHEORGHE, CK ROSIORII DE VEDE, et CK ALEXANDRIA.

Cette concrétisation s’est opérée avec le soutien des Gouverneurs Jean-Michel Gibaud et Jo Maticot.

Ces clubs s’inscrivent dans la démarche du programme international dénommé SLP (Service Leadership Program), dont le Comité est présidé par notre Past Gouverneur Marie-Jeanne BOUTROY.

Fait remarquable, le district KRoumanie est le PREMIER DISTRICT KIWANIS EN EUROPE à compter un si grand nombre de Key clubs.

III)   LES ACTIONS SOCIALES REALISEES PAR LES CLUBS PARRAINS DU DISTRICT FRANCE-MONACO

Outre de répondre à la satisfaction de besoins vitaux d’enfants des écoles en Roumanie, elles jouent aussi un rôle fédérateur auprès des clubs kiwanis en Roumanie tout comme elles renforcent les liens interdistrict et interclubs, et concourent de ce fait à une dynamique vertueuse de par l’image et l’utilité du kiwanis.

CHALEUREUX REMERCIEMENTS AUX CLUBS PARRAINS DONATEURS. MERCI de PENSER, SVP, A REMONTER EN RASC, VOS DONS AUX CLUBS K ROUMANIE

 

Autre action sociale : l’ACTION FRANCOPHONIE

Réalisée et réactivée sous les mandats (2012-2013), (2016-2017) et (2017-2018), cette action a été reconduite par le Gouverneur Joseph Maticot, avec sa pleine adhésion et aussi son implication personnelle en qualité de membre de son club, CK Dijon.

Elle a consisté en l’accueil durant une semaine, ce mois d’août, de trois jeunes lauréats issus du concours de français organisé par la Responsable kiwanienne, Valéria Tudosa, dans trois familles kiwaniennes du club de Dijon.

Le District France-Monaco a assumé le montant des vols low-cost A/R, et des autres frais d’acheminement de ces trois jeunes lauréats (train + navettes aéroports).

Chaleureux remerciements au Gouverneur Jo Maticot ainsi qu’à son épouse, à Valentin PALCAU et son épouse, à Alain RODET et son épouse.

Dans le cadre de la mission KRoumanie, et résidant à Paris, j’ai également participé à cette organisation d’équipe, en les accueillant tous chez moi à Paris à leur arrivée comme à leur retour, et en leur faisant découvrir, dans le temps imparti, les monuments les plus connus, aux côtés de leur merveilleuse accompagnatrice, Valéria, et de son petit-fils, Toma.  A l’occasion de ce séjour, MALINA, ANDREEA, et RARES ont vécu une expérience mémorable dans le sens où ils ont voyagé hors de la Roumanie POUR LA 1ERE FOIS DE LEUR VIE !

Ces échanges sont profitables à nous tous à différents points de vue :

·        Découverte et enrichissement culturels réciproques ;

·        Immersion dans la pratique vivante de la langue française ;

·        Découverte de la réalité économique et patrimoniale de la France grâce au Kiwanis France-Monaco : les jeunes roumains sont nos meilleurs ambassadeurs !

A cet effet, nous vous recommandons la lecture attentive des remarquables essais des trois jeunes, MALINA, ANDREEA, et RARES.

MOT DE LA FIN :

Les quatre mandats les plus récents écoulés, ont permis une remise en selle du District KRoumanie, sur la scène internationale. Celui-ci dispose à ce jour des atouts nécessaires, moyennant leur consolidation, afin de devenir « full » District dans les DEUX prochains Mandats (2018-2019) et (2019-2020), LESQUELS SERONT A CET EGARD ENTIEREMENT DECISIFS.  A ce titre, l’enjeu est donc majeur pour le devenir du KRoumanie.

Les Responsables kiwaniens roumains sont parfaitement acteurs d’un volontariat actif et responsable. Leur réussite est extrêmement méritoire de par leurs conditions économiques ardues, lesquelles ne peuvent être comparées aux nôtres, notamment en raison d’une monnaie faible qui n’est pas l’euro.

Le District parrain, France-Monaco, a déployé dans la durée, avec le soutien de KI et de KI EF, des moyens très significatifs, et UNIQUES en Europe, en pleine adéquation avec les besoins de développement de son district filleul. Ces moyens ont visé à ACCOMPAGNER le KRoumanie, pas à l’assister. En retour, le « Provisional » District Roumanie, a été reconnu, au cours de ce mandat, District MODÈLE en Europe, parmi ceux en construction.

Le pilotage de cette mission KRoumanie permet de prendre encore davantage conscience que nous évoluons en France au sein d’un District pleinement organisé, disposant de moyens financiers solidement établis. Cela est une chance dont nous n’avons plus forcément collectivement conscience, tant cela parait aller de soi. A cet égard, les conditions kiwaniennes roumaines nous font très utilement redécouvrir le contraire.

La chaleur humaine et la réelle AMITIE sont beaucoup plus intrinsèques du côté de nos amies roumaines, ce qui donne TOUT SON SENS KIWANIEN à cette mission transversale de dimension européenne pour laquelle il convient en permanence de trouver un juste équilibre entre rationalité intellectuelle et humanité partagée.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

Des nouvelles de Roumanie,

 

     JUMELAGE ENTRE LE CLUB DE CAMBRAI ET LE CLUB DE HUSI

(Voir article dans la page du club de Cambrai : http://www.kiwanis.fr/actualites/jumelage-entre-club-de-cambrai-club-de-husi-roumanie/)

 

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

SOUS LE TOIT MULTICOLORE DE LA BOURGOGNE…un souhait accompli  

            En littérature, le voyage est associé à l’initiation. Le novice était initié dans une procession qui suppose souvent un voyage. Ce voyage, déployé sur l’espace géographique, au fil de l’histoire, dans un autre monde ou sous la forme de l’introspection, enrichissait les connaissances et créait le passage vers une étape plus avancée  de l’existence. Des énigmes et des mystères sont élucidés par le pouvoir de compréhension humaine à travers le voyage. Des sujets tabous deviennent de grands thèmes de débat et d’analyse. J’ai l’impression que tout le monde est minimalisé jusqu’à ce qu’elle soit transparente.

Et maintenant, je me pose la question suivante : qu’est-ce que j’ai gagné sur le plan de mes connaissances et de la science ? Un monde entier ! J’ai rencontré des gens d’une valeur exceptionnelle, j’ai visité de merveilleuses attractions touristiques, j’ai senti la pulsation de l’histoire dans chaque bâtiment en pierre. J’ai effectivement plongé dans l’univers d’une civilisation unique au monde.

J’ai suivi les pas de Charlemagne, j’ai visualisé la carte de la Lotharingie, le cœur de l’Europe développée, j’ai marché où le bruit de la Grande Armée de Napoléon s’entendait autrefois.  Voilà ce que j’ai gagné : sentiment, fierté, dignité, pouvoir. Ces valeurs n’existent plus dans mon pays que les chevaux de Gengis Khan et les tanks russes ont détruit pour une éternité.  J’ai fortement respiré la liberté de la Révolution Française dont je ne peux pas me réjouir en Roumanie. J’ai admiré l’architecture gothique, en sentant de la grandeur et de l’équilibre en ce qui concerne le destin. J’ai savouré la sincérité et la générosité des Français à qui je suis reconnaissant de tout mon cœur. Je me prosterne quand même face à la civilisation comme un prisonnier devant le roi. Je le fais en signe de reconnaissance pour la grandeur et la dignité de toute l’histoire du peuple français que j’ai trouvées dans l’Hexagone.

 

    VIVE LA FRANCE ! Qu’on transforme notre destin dans un destin européen sous ses ailes protectrices ! 

RARES DIACONU

 

Mon experience à la française

 

«La France, le plus beau royaume après celui du ciel.», Hugo Grotius

C’est le 10 août. Nous voilà en France! Accueillis par Françoise, nous trois, Mălina, Rareș et moi, nous faisons nos premiers pas en Paris, ”la ville à remonter le temps”. Mais il faut se dépêcher! Nous apercevons pour un instant, tous ravis, la Tour Eiffel et l`Arc de Triomphe du balcon d`un petit appartement et on doit déjà partir vers la Gare de Bercy. On dit ”Au revoir!” à Madame Tudosă, à son petit-fils, Toma, et à Françoise.

Trois heures plus tard, nous descendons du train à Dijon. Là, mon chemin me sépare de mes amis, mais, en même temps, je me sens prête de vivre l`expérience française pour une semaine, chez Alain et Noelle.

On part encore une fois. Notre destination: Autricourt!, un tout petit village qui se trouve dans la région de Bourgogne, âme des vins français.

Trésor historique et culturel

Pendant une semaine, Alain et Noelle m`emmènent vers les centres d`intérêt proches de chez eux. Ils me font connaître Alésia, l`endroit où Jules César a vaincu Vercingetorix; Essoyes, où le réputé peintre, Renoir, est né; la fabrique des ” bien bons bonbons” qui existe à Flavigny depuis le 16ème siècle; le Musée de Châtillon-sur-Seine où on trouve l`énorme Vase de Vix et beaucoup d`autres.

Paradis des vins et des fromages

On sait que les Français sont connus autour du monde pour leurs vins et fromages. C`est pourquoi tout au long de mon séjour en France, j`en ai goûté une vraie variété. Parmi mes favoris: le Rosé pamplemousse et le Champagne, le Camembert, le Comté et le Morbier.

 

Une balade à Dijon

Jeudi soir, Mălina, Rareș et moi, nous nous réunissons à Dijon chez Monsieur Valentin Palcău. Là, il nous fait découvrir un petit coin de la ville coquette: les ruelles dallées qui gardent encore l`air de la France médievale, l`impressionant Palais des Ducs et la multitude d`églises dont les façades sont accablés des gargouilles. Il ne faut pas oublier la chouette qu`on a caressé contre un voeu comblé!

«Ajoutez deux lettres à Paris: c`est le parADis!», Jules Renard

Le dernier jour, on fait un court tour de Paris, en touchant les trois monuments symboliques de la ville: la Tour Eiffel, l`Arc du Triomphe et le Musée du Louvre. La grandeur, l`architecture imposante et les détails étonnants nous ont vraiment impressionés. À la fin, nous sommes tous convaincus que Paris, c`est vraiment le  PARADIS! Un jour, il faut y  revenir et découvrir,  petit à petit, la ville entière.

Je ne vous oublie pas

En  dehors  de mes souvenirs, il me reste encore quelque chose de très important. Au milieu de la France, à plus de 2000 kilomètres de chez moi, j`ai trouvé le confort familial dont j`avais besoin. La prochaine fois, il faut absolument y revenir pour un mois! Les soirées des jeux, dont les inévitables”bananes”,  les chansons qu`Alain m`a joué au clavier, la chaleur avec laquelle Noelle m`a accueillie dans sa maison… Pour tout cela, merci de tout mon coeur, Alain et Noelle! Je ne vous oublierai jamais !

 

  Impressions de  Malina

J’écris  cet essai dans le train de Dijon vers Paris. Mon esprit est comblé de fortes émotions. D’ une part, c’est le regret de quitter ce pays magnifique, d’autre part, c’est l’accomplissement d’avoir eu l’occasion d’y retrouver mes valeurs. Je me sens incomplète car une petite partie de moi et mes plus beaux souvenirs de ces jours mémorables passés en Bourgogne resteront ici après mon départ.

Chaque jour, j’ai eu la chance de découvrir les différences culturelles et économiques entre mon cher pays, la Roumanie, et la France. J’ai également constaté, à ma grande désolation,  que la Roumanie devait beaucoup évoluer pour atteindre le niveau de civilisation d’un pays comme  la France. Comme l’histoire me fascine, j’ai vu et admiré beaucoup de nouvelles choses puisque la ville de Dijon cachent un tas de mystères à élucider. Avec nos merveilleux hôtes et mes autres deux collègues, avec qui je me suis tout de suite liée d’amitié, on a visité de nombreux objectifs touristiques : l’église de Saint Michel, Notre Dame, les vignobles, la basilique de Vézelay ( la colline éternelle) , les Hospices de Beaune, le parc de la colombière et le lac Kir.

 

C’est le Château de Guédelon qui m’a impressionné le plus. Il est fascinant que sa construction continue depuis vingt ans.

   Super chouette!

Je ne me suis jamais absentée si longtemps  et à  une si  grande distance de mes parents. J’ai vraiment mal d’eux, mais grâce à mes hôtes, je me suis sentie à mon aise à Dijon. La nourriture était exceptionnelle, donc je n’ai réussi point de m’abstenir à tout dévorer . Hmm..délicieux!

Bref, je peux dire que cela a été une expérience très agréable et intéressante, et tout à fait unique dans ma vie. J’espère qu’un jour je reviendrai pour rencontrer <<mes 4 parents>> qui m’ont enseigné qu’un voyage est le meilleur professeur. Merci de tout mon coeur!

 

Malina Petrescu

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

 

Le Congrès Kiwanis Roumanie

Le XX-e Congrès  du District Provisoire Kiwanis Roumanie a eu lieu le 28 avril 2018, à Craiova, ville représentative pour le Sud de la Roumanie, coeur de l’Olténie. Une ville chargée d’histoire, ville universitaire et d’art, ville des parcs et des jardins où nous avons eu la possibilité de belles et fructueuses rencontres.

Au Congrès de Craiova ont été présents: Chris Decorte-vice Président KI-EF,Belgique-Luxembourg; Jo Maticot-Gouverneur France-Monaco, CK Dijon; Francoise Achard, mission K Roumanie, CK Paris Concorde les Gobelins France Monaco; Jean Michel Gibaud-Immédiat Past Gouverneur CK Angoulême, France-Monaco; Marie Christine Viard-Gouverneur Elect France Monaco, CK Aunay Vallee d’Odon; Jean Charles Bonelli – past Gouverneur, CK Bayonne-Biarritz-Côte Basque, France Monaco; Marie-Jeanne Boutroy -past -Présidente KI- EF et Présidente du Comité SLP /YP (KI-EF), CK Nancy, France-Monaco; Josy Glatiny – Gouverneur Belgique-Luxembourg et Chair Special project Happy Child- KI- EF; Philippe Giorgi-Lieutenant -Gouverneur Vosges Lorraine, CK Vittel France Monaco; Michel Perrin-Fondateur CK Vienne en Gal, France Monaco; Valentin Palcau-CK Dijon, France Monaco.

Organisé par KC Corabia, le Congrès a mis en valeur nos réussites, nos espoirs et nos fragilités, en tant que l’unique District KIwanis Provisoire de tous les pays de l’Est de l’Europe. Les invités ont remarqué certaines de nos spécificités, clés essentielles pour l’avenir du Kiwanis en Roumanie. Dans son allocution, Chris Decorte a exprimé son bonheur de participer à cet événement et l’espoir que les kiwaniens de Roumanie vont continuer leur travail de bénévolat en faveur des enfants, dans un monde meilleur.

Dans ce contexte, le gouverneur Jo Maticot a souligné les bonnes relations qui existent entre La France et la Roumanie, étant donné les origines latines et les rapports sur différents plans, qui ont marqué toute notre histoire moderne. Au niveau de l’Europe c’est l’uniqe parrainage qui a donné des résultats. Notre District va compter 34 clubs et 638 membres. Tous les invités ont exprimé l’espoir que la Roumanie deviendra District à part entière, ce qui va impliquer la continuation de notre collaboration, de sorte que les clubs soient renforcés et la dynamique du développement devienne une certitude accomplie. Le club organisateur a été distingué, car la présidente Sita Imireanu, la secrétaire Marcela Pană et la trésorière Elena Florescu ont reçu des colliers de la part de Jo Maticot.    

Françoise Achard a mis en lumière l’importance de la nouvelle étape où se trouve la Roumanie, la reconnaissance européenne et mondiale du kiwanis roumain, le haut niveau d’éducation des membres, leur attachement aux valeurs européennes.

Suite à une très bonne collaboration avec le district parrain, les clubs de Roumanie ont pu développer des actions sociales importantes, ce qui explique aussi la croissance remarquable enregistrée ces quatre derniers exercices, laquelle s’est traduite par une croissance nette du nombre de membres de +120% (à +348 membres) et du nombre de clubs de +88% (à +16 clubs).

L’existence des clubs de jeunes, qui seront tous englobés dans les structures kiwanis, en tant que Key Clubs, représente un pont vers l’avenir et la certitude que le volontariat va continuer son développement.

D’autres idées importantes ont été exprimées par les invités. Ainsi, dans son intervention, Jean-Michel Gibaud a souligné le fait que les clubs roumains ont besoin d’être soutenus dans leur processus de formation et d’être reconnus par KI, les clubs classiques et ceux des jeunes aussi. Dans son effort de devenir Full District, la Roumanie doit rester vigilente dans les années à venir, en cultivant des valeurs aptes à souder les clubs : la tolérance, l’amitié et l’écoute des autres.

Marie-Chistine Viard a exprimé sa joie de venir pour la première fois en Roumanie, car  ” il faur voir pour croire”.  De la part du comité SLP, Marie Jeanne Boutroy  a présenté l’esprit de ce concept, SLP -Service Leaderschipe Programs. Sur les 7 clubs des lycéens qui fonctionnent depuis quelques années en Roumanie sous la dénomination de TiKiRo, elle a observé la nécessité de les intégrer dans les structures Kiwanis en tant que Key Clubs. Comme d’autres messages de nos invités, elle a exprimé la certitude que la France va continuer à aider la Roumanie dans ses efforts. Josy Glatiny – Gouverneur Belgique-Luxembourg et Chair Special Project „Happy Child” a repris la présentation du projet, connu depuis la Passation de l’année précedente et a félicité Jeana Spranceana, dont la profession est celle de médecin pédiatre, pour son travail avec les enfants de Syrie réfugiés à Galati avec leurs familles.

Les points de vues des allocutions des responsables roumains ont abordé les différents aspects du fonctionnement de notre District Provisoire. Jeana Sprinceana a apprécié la croissance comme une priorité, en corrélation avec la structures des membres des clubs, avec leur prépondérance féminine.  Dans son rapport financier, Cecilia David a présenté en détail la situation du compte de la Fedération Kiwanis Roumanie, ci-inclus le degré du paiement des cotisations, aspect vulnérable en ce qui concerne certains clubs. Le rapport des censeurs présenté par Simona Dragu a mis en évidence la bon fonctionnement de cet aspect financier.

La présidente de Kiwanis Roumanie, Marcela Goia, après avoir mentionné dans son rapport moral les efforts et l’implication de KC Corabia pour organiser le Congrès de Craiova, a présenté les objectifs prioritaires de son mandat. La création de nouveaux clubs, une bonne communication entre les clubs et les membres, obtenir des fonds financiers pour créer des clubs, ce sont les axes qui vont conduire à l’objectif le plus important de ce mandat, celui que la Roumanie devienne Full District. Après le Congrès, trois nouveaux clubs seront chartés: Sibiu, Braşov et Câmpulung Moldovenesc.

La secrétaire du District, Marcela Pană tout comme la responsable communication, Elena Florescu, ont présenté leurs rapports d’activité. Concernant les actions sociales et culturelles, c’est la responsable Magda Mitraşca qui a mentionné la diversité des actions et des projets, l’implication des clubs dans ce qui constitue leur raison d’être. La présentation des actions développées au niveau national a été réalisée par Gabriela Popa Tolontan et Valeria Tudosa. Il s’agit du Tournoi d’échecs, arrivé à sa quatrième édition et du Concours de la Francophonie pour les lycéens.

A propos du développement, Stefania Panea s’est exprimée : les nouveaux clubs, les objectifs, les expériences vécues à l’occasion des réunions d’information et de formation.

Valeria Tudosa, responsable de la Comission pour le Statut, a présenté le travail effectué par la comission sous la coordination de la responsable statut KI, de sorte que notre document essentiel soit en accord avec le statut standard de KI.

Comme Maria Letea, Kc Oradea Art a retiré sa candidature pour la responsabilité de gouverneur, c’est Stefania Panea qui présente sa candidature pour 2019-2020, en considérant que cette proposition qui lui a été faite par le CA et les responsables France Monaco et KI-EF représente un geste de confiance et une responsabilité qu’elle essaiera de mener à bonne fin.

Iulia Pacurar, confirmée comme gouverneur 2018-2019, a parlé sur le sens de la solidarité et sur les objectifs de son mandat: soutenir les enfants handicapés, le rajeunissement des clubs, les cotisations et une meilleure implication des LG dans la coordination de toutes les démarches.

Elle a présenté son équipe: viceprésident, Stefania Panea; secrétaire: Angela Cotta, responsable base de données: Mihaela Oana; trésorier: Ildiko Covaciu; censeurs: Cecilia David, Rodica Iacob; lieutenents-gouverneurs: Simona Dragu (division Sud); Carmen Polman (division Ouest); Ionela Buruiana (division Centre); formation: Magda Mitrasca; actions sociales et culturelles: Valeria Tudosa; statut: Valeria Tudosa et Silvia Puscas; pour le projet Children fonds: Istvan Tribel; pour le projet Happy Child: Jeana Sprinceana; Young Professional: Gabriela Popa Tolontan; communication: Georgeta Praisler et Smaranda Bura; organisation de la Passation et du Congrès: Diana Goga, Vasile Marcu, Rodica Iacob; chef protocole: Magda Mitrasca.La passation aura lieu à Oradea, au mois d’octobre.

Dans l’esprit de l’amitié et de la convivialité, clé essentielle pour les relations kiwanis, le Congrès a impliqué la visite de la ville, de son Musée d’Art, de son beau parc, mais aussi un programme folklorique offerts par des enfants et des adolescents qui a mis en valeur la beauté et l’authenticité de la musique, des danses et des costumes.

 

Marcela GOIA, présidente District Provisoire Kiwanis Roumanie  

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

 

Impressions sur la Bucovine et ses gens

 Située dans le Nord de la Roumanie, La Bucovine est une contrée privilégiée, dont l’attrait tout à fait particulier s’explique par la confluence de l’histoire, des traditions et de la beauté des paysages et des gens. La toponymie a ses origines dans un nom commun qui a le sens de «bois de hêtres», trouvé dans un document du quatorzième siècle, mais, comme nom propre désignant une région, le nom de Bucovine date de 1774, quand le territoire est englobé à l’Empire des Habsbourg. En tant que territoire historique, la Bucovine suppose une région qui s’étend non seulement en Roumanie, mais en Ukraine aussi.

La région est ennoblie par une longue histoire, avec des héros nationaux emblématiques de l’époque médiévale, tels Dragoş,  Bogdan, Stefan, dont les noms sont vifs dans la mémoire collective et qu’on retrouve à tous les pas, qu’il s’agisse de statues, d’établissements scolaires ou de places publiques, de villages ou de rues. Communément connu pour ses monastères et ses églises, ce coin de la Roumanie revèle une histoire glorieuse et une harmonie des formes et des couleurs, une certaine philosophie de la vie et un sens de la condition humaine qui méritent d’être connus dans leur profondeur. Roumain ou étranger, il est impossible de ne pas admirer des endroits tels Voroneţ (« la Chapelle Sixtine de l’Est »), Putna, Suceviţa, Moldoviţa et tant d’autres lieux magiques de notre passé.   En les visitant, on se trouve dans une atmosphère austère et pourtant lumineuse et on est à la fois sous l’effet des couleurs extraordinaires de la peinture intérieure et de celle extérieure aussi, le tout a valeur d’une révélation sur le charme de ces lieux incontournables  et sur la spécificité du christianisme orthodoxe médiéval.

Donc, ce n’est pas par hasard que la Bucovine a été distinguée, en 1975, avec le Prix International « La Pomme d’Or », par la Fédération Internationale des Journalistes et des Ecrivains dans le domaine du Tourisme. Ses monuments architecturaux religieux, avec leurs fresques intérieures et extérieures,  font partie du patrimoine universel de l’UNESCO.

Par les fenêtres de la voiture, on peut constater dans les paysages ondulés et sous la lumière argentée, dans les villes et dans les villages, une architecture variée, un mélange inédit du passé médiéval, de l’influence autrichienne, associée aux blocs spécifiques au régime communiste ou aux nouvelles constructions, modernes, certaines au niveau des exigences les plus sévères. Les traces indélébiles des périodes historiques sont  particulièrement prégnantes, avec leurs disparités, avec les censures entre les époques, avec les  destructions et restructurations de l’espace urbain et rural.

Dans ce contexte, le folklore, tout comme dans le Maramures, l’autre région célèbre  du Nord de la Roumanie, avec laquelle la Bucovine rivalise dans la beauté et la sauvegarde des traditions, est une réalité vivante, pas un ensemble d’objets ou une série d’activités qu’on voit uniquement à l’occasion des festivals folkloriques. Il y a les costumes spécifiques, la technique d’embellir les œufs, le travail du bois, le tissage à domicile.  Des couleurs vives et nobles partout. Rien d’anodin, car la région a conservé le sens de la beauté authentique.  Entourée de collines avec des pentes douces, les villes et les villages de cette partie de la Roumanie invitent à les découvrir, à découvrir son cœur historique et spirituel, à découvrir ses gens. La préservation du patrimoine, la mise en valeur des beautés spécifiques constitue une préoccupation visible partout.

 A partir de l’automne passé, à Rădăuţi et à Câmpulung Moldovenesc, j’ai fait la connaissance de deux groupes de gens d’une remarquable qualité, désireux d’élargir leur disponibilité de faire le bien par l’entremise de Kiwanis aussi,  des gens qui ont prouvé leur vocation d’intellectuels ayant une ouverture véritable vers l’humanisme et l’humanitarisme que suppose un volontariat actif, en faveur des enfants et de toute la communauté.

Dans cette région unique de la Roumanie, qui unit dans un corollaire le prestige du passé et la beauté des lieux, ont été créés deux nouveaux clubs Kwanis. Celui de Câmpulung Moldovenesc, ayant comme club parrain KC Vittel, a été charté le 1-er mai. De la part du District France Monaco ont participé Jo Maticot, Françoise Achard, Marie-Christine Viard et Philippe Giorgi, membre de KC Vittel. Dans une atmosphère printanière, sereine et lumineuse, nous avons assisté à un événement kiwanis  auréolé par la présence des enfants et des jeunes. Ils ont présenté un très beau spectacle, prouvant la préservation des traditions et, en même temps, l’ancrage dans les réalités et les valeurs européennes.  

Au début du mois de septembre, il y aura la Remise de Charte de KC Rădăuţi, dont le club parrain est celui d’Haguenau.  Cet événement aura sans doute ses moments de beauté spirituelle, car la Bucovine est comme un florilège de charme, d’authenticité et de culture. Des clubs Kiwanis en Bucovine, cela représente pour nous un moment de joie et de confiance.      

Stefania PANEA

 

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

Année du Centenaire de la Grande Roumanie et Francophonie en Roumanie pour sa 18-édition en 2018

Depuis l’an 2000, Kiwanis Roumanie célèbre, près de la date du 20 mars, par des manifestations diverses d’expression française, La Fête de la Francophonie.  Le thème de l’année du Centenaire de la Grande Roumanie, réalisée par l’unification de la Transylvanie avec la Roumanie en 1918, est un thème historique, le même pour tous les clubs roumains, Les Français, amis de la Roumanie d’il y a cent ans”.

Francophonie et Roumanie

Francophonie et RoumanieL’action  de la Francophonie, organisée au niveau national par CK Galati, s’est déroulée à la Bibliothèque Française,”Eugene Ionesco” de Galati et a eu deux parties distinctes : l’une dédiée au passé historique de 1916-1918, par l’évocation du  Général Berthelot et du géographe Emmanuel de Martonne, et l’autre dédiée à l’avenir, à propos de l’activité réalisée par les lauréats du Concours de la francophonie, par les boursiers Kiwanis et par un groupe de 8 élèves du Lycée d”Arts de Galati,  qui ont  réalisé, au cours de l’activité , des tableaux  sur la Grande Guerre. Les Roumains sont très reconnaissants envers le Général Berthelot (1861-1931), qui,  entre  octobre  1916  et mai 1918  est venu à Iasi, là où se trouvait la Famille royale  et le Gouvernement, la capitale Bucarest étant occupée par les Allemands. La Mission militaire,  navale, aéronautique et sanitaire qu’il conduisait,  était formée  de 430 officiers et  1500 sous-officiers et soldats.  Plus de 550 d’entre eux ont lutté sur le front de l’est et ont leurs tombeaux dans les cimetières de la Roumanie à côté des officiers  et des soldats roumains. Le Géographe Emmanuel de Martonne((1873-1955 ), professeur à la Sorbonne et attaché au Service Géographique de l’Armée entre 1914-1918, a eu une contribution décisive à l’union de la Roumanie et de la Transylvanie, qui, en ce temps-là, appartenait à l’Empire Austro-Hongrois.

Francophonie et Roumanie

Selon les affirmations du Prof. Dr. Gigliola Dobrin, dans son exposé à  la Francophonie, les Roumains doivent être reconnaissants à Emmanuel de Martonne , car il a opposé aux Austro-Hongrois,  à la Conférence de Paris en 1918-1919, des cartes et des études scientifiques, réalisées d’après le recensement des archives de Vienne, qui prouvaient que la population majoritaire de la Transylvanie était constituée de Roumains. Lui et le géographe français Ficheux ont contribué aussi à tracer les nouvelles frontières  de la Roumanie et de la Pologne,  à la suite de la  Première Guerre Mondiale,  en fonction des réalités géographiques du terrain. Le goût âpre de la dure leçon d’histoire vécue par nos ancêtres pendant la Première Guerre Mondiale,  a été adouci par le  bon goût du gâteau au chocolat,  appelé ”Joffre”, offert par les membres du club.  En 1920, Le Maréchal Joffre est venu en Roumanie  afin d’offrir la Médaille de la ”Croix de Guerre” à la ville de Bucarest et de Marasesti, pour leur héroîsme dans la guerre.

Francophonie et RoumanieA cette occasion, Grigore Capsa, le patissier du roi, a créé un gâteau  au chocolat, ayant le nom du maréchal et la forme de son chapeau. Dans la seconde partie de l’activité, les membres du  CK Galati ont offert des diplômes aux élèves participants et à leurs professeurs, des prix en argent aux dessinateurs et aux participants aux Concours d”essais et la bourse pour le mois de mars aux 25 boursiers kiwanis. 

La Responsable de l’action kiwanis dédiée à la Francophonie, Valeria Tudosa, Past- Gouverneur,  a  présenté aussi  les résultats du Concours d’essais ayant comme sujet le même thème de l’amitié et de soutien des Français d’il y a cent ans pour la Roumanie. Elle a félicité  les trois lauréats, Nicolae Diaconu de Vaslui, Andreea Valeria Hotnog de Galati et Malina Petrescu de Slatina et a exprimé des remerciements au nom de tous les kiwaniens roumains, adressés au Gouverneur Joseph Maticot du District France Monaco et aux familles de kiwaniens français, qui vont se proposer d’offrir un séjour d’une semaine en France pour ces trois gagnants du concours.  

Francophonie et Roumanie

Tout en  connaissant son passé, on peut s’engager avec fermeté et avec beaucoup de responsabilité dans la formation de la jeune génération dans l’esprit du kiwanis.

Francophonie et Roumanie

Valéria Tudosa CK GALATI

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

Télécharger le Diaporama de Marcela Goia Roumanie1

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

Mission-Salle de Jeux

Le cadeau fait par nos parrains du Club Kiwanis de France-Monaco « Annemasse-Genevois-Salève » à l’occasion de la Passation du 8 octobre 2017 nous a surpris et en même temps nous a beaucoup touchés quoique nous recevions chaque année de leur part des dons, avant les fêtes de fin d’année. Cette fois-ci nous avons reçu 800 euros pour des actions sociales. La plus importante que nous accomplissons, c’est le Projet « Mission-Salle de Jeux» qui est devenu national après avoir être approuvé par le CA du 11 novembre de Plopeni.Solidarité Roumanie 4

Le projet se déroulera au Centre de Jour Sainte-Hélène de Corabia, Roumanie où sont hébergés pendant la journée des enfants entre 4 et 18 ans. Ils ont besoin de jouer et en même temps de développer leurs habiletés, la communication, l’interaction entre eux et les autres enfants par le jeu.  C’est une action sociale que j’ai proposée à chaque club Kiwanis de Roumanie: organiser pour les enfants défavorisés de leur communauté, dans les Centres de Jour une salle où les enfants d’école développent : esprit, adresse, perspicacité,  inventivité, intelligence, logique en s’amusant en même temps.

Notre club, CK Corabia, est en plein déroulement de cette action.

Première étape : Choisir les jeux avec l’aide des psychologues. Continuer de chercher d’autres jeux que nous n’avons encore pas trouvé. La diversité est essentielle, car il y a plus de 30 scolaires et préscolaires  et ils doivent « travailler » par groupes ou individuel.

Solidarité Roumanie 5Deuxième étape : Arranger la salle où les enfants vont passer le temps de repos actif.

Troisième étape : Continuer l’acquisition des jeux, compléter et enrichir la salle avec des nouveaux jeux ;

Aller à tour de rôle passer du temps avec les enfants dans cette salle.

On va continuer l’action les jours suivants.

Marcela Goia,

CK Corabia, district K Roumanie

 

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈ ≈

 

 

Faites connaitre cette publication sur les réseaux :