Paris Philae ? Interview de Sylvie Malécot (Présidente fondatrice)

D’où vient ce nom « Philae » ?

Le nom choisi par les membres, Paris PHILAE, n’est pas forcément très explicite en soi vu de l’extérieur. Si je te précise quatre définitions de ce mot « PHILAE », laquelle d’entre elles conserveras-tu en priorité pour caractériser véritablement l’esprit du club : la référence à cette ancienne île d’Egypte noyée sous le lac Nasser où était implanté un site archéologique de renom, une allusion à la déesse égyptienne ISIS et à ce qu’elle représente au niveau de la symbolique, le clin d’œil à la sonde spatiale ayant eu comme objectif de se poser sur la comète Rosetta ou une amusante connotation parisienne adressée au labrador possédé par le président François HOLLANDE depuis 2014 ?
Paris Philae 1Nous savons maintenant que le labrador vit ses dernières semaines à Paris. Plus sérieusement, Philae, c’est à la fois l’histoire et la culture ; c’est aussi la science, l’exploration et le développement durable. Histoire d’une île noyée en 1974 par la hausse du niveau du lac de retenue lors de la construction du haut barrage d’Assouan. Les temples et monuments de l’époque pharaonique et gréco-romaine (dont le fameux temple d’Isis que tu évoques) ont été déplacés, puis rebâtis sur une autre île, Aguilkia,… dont le nom a été oublié, et que tous appellent aujourd’hui Philae par commodité. Notre Club de Paris Philae se construit de l’histoire individuelle de chacun
de ses membres, mais est le point de départ d’une nouvelle aventure commune. Philae, c’est aussi l’atterrisseur de l’Agence spatiale e u r o p é e n n e transporté à quelques
510 millions de kilomètres de la Terre par la sonde spatiale Rosetta jusqu’à ce qu’il se pose sur la comète Tchouri en novembre 2014, plus de dix ans après avoir quitté la Terre.
Il a transmis des images d’une valeur inestimable pour les scientifiques, en fonctionnant à l’énergie solaire. Le développement durable, au service de la science. Nous avons l’ambition, très modeste, avec notre club KIWANIS d’explorer la planète du cœur. Voici, en avant-première, le visuel qui devrait constituer le centre de notre fanion.

Paris Philae2

Enfin, il y a un petit jeu de mot dans le choix de Philae. Dans Philae, il y a la racine « phil », que l’on retrouve dans philosophe, philanthrope, ou même dans le prénom Philippe : « qui aime » en grec… Un nom qui sonne donc comme une évidence pour contribuer à servir les enfants du monde, c’est-à-dire les aimer !

Propos recueillis par Thierry Bret (Extrait de l’article paru dans le Kmag n°151)

Faites connaitre cette publication sur les réseaux :